Le “Permission Marketing”

Le “Permission Marketing”

July 3, 2018 0 By Steev Crispin

Au cours des 10 ou 15 dernières années on a pu constater une métamorphose de nos médias traditionnels et un changement assez significatif des habitudes des consommateurs.

Aujourd’hui, la télévision c’est notre téléphone ou notre tablette et notre télévision est devenue la radio. Le rendez-vous du programme TV, qui fédérait la famille à 19h00 devant un jeu télévisé ou une émission de variété, a totalement disparu. Aujourd’hui, chacun choisi son programme ou le type de contenu qu’il désire voir ou entendre à l’endroit et au moment qu’il désire.

Ce changement, ou plutôt cette évolution, n’est pas sans conséquences et relève souvent du challenge pour les annonceurs, les publicitaires et les marketeurs.

Ask me if you can, le bon sens du « permission marketing »

Il y a quelques années pour être vu et développer sa marque, il suffisait d’acheter un grand nombre d’espaces publicitaires sur les médias de masse et arroser les consommateurs de messages publicitaires répétitifs. Une statistique de base, basée sur le retour de 0,3 ou 1% de retour sur l’audience touchée, permettait de faire un business plan assez simple et mesurer la rentabilité ou pas de l’action.

Le problème, lorsque l’on cible la sphère publique (j’y reviendrai plus tard), c’est que l’on paie pour toucher un grand nombre de gens qui ne correspondent pas à notre cible ni même ceux s’en approchent.

Exemple, entre 2 programmes TV, une pub pour du matériel de jardin passe juste après celle qui vend des serviettes intimes pour femmes. Pas de bol, vous êtes un homme et vous vivez en appartement. C’est un coup dans l‘eau et vous, à ce moment précis, vous avez eu ce sentiment désagréable de perdre du temps et d’être dérangé par un message qui ne vous était pas destiné.

Pire encore, vous avez été interrompu au beau milieu de quelque chose que vous aviez choisi de faire, en l’occurence ici un programme que vous aviez décidé de regarder.

Cette vieille méthode, d’interrompre les gens pour leur faire entendre un message qui ne les concerne pas, est aujourd’hui révolue ! La sphère publique est saturée et l’attention des gens est diluée naturellement dans ce « trop de choix »

La sphère publique est simplement l’espace commun de chacun d’entre nous, les autoroutes, la place d’une grande ville, les lieux de passage ; bref tout ce qui réunit la masse.

Il est donc impossible, au sein de cette sphère publique, de garantir que vous allez toucher un nombre X de personnes qui sont réellement intéressées par votre produit ou votre message. C’est comme aller à la chasse et tirer sur chaque buisson en espérant toucher une bête qui s’y cache (je n’aime pas du tout la chasse mais l’exemple est parlant) ; la méthode n’est pas efficace et peut s’avérer coûteuse.

Cette sphère reste incontournable pour des marques présentes dans la grande distribution et qui vendent des produits de première nécessité ou équivalent, mais même dans ce cas on ressent une baisse d’attention de la part des consommateurs.

À force d’être sollicité en permanence les gens se retirent au calme et se concentrent sur ce qu’ils aiment vraiment, car le temps est ce que nous avons de plus précieux et le préserver pour les choses qui nous animent est devenu une priorité pour le plus grand nombre d’entre nous.

Passez une journée complète dans une salle de vente à la criée ou dans une salle de trading, après 8h au milieu des cris et de bruits en tout genre, la seule chose que vous cherchez c’est du calme et un moment pour vous.

On est bien d’accord ??

Dites-vous que vos clients c’est la même chose, vous devez vous faire connaître et vous devez communiquer sur vos produits et vos offres mais pas n’importe comment et n’importe où.

Si vous décidez d’aller pousser la chansonnette au milieu d’une place sur laquelle 20.000 personnes chantent, et en même temps, une chanson différente ; vous avez intérêt à avoir du coffre ou d’être un génie pour que tout le monde s’arrête pour vous écouter. Il est beaucoup plus probable que vous ne ferez que polluer d’avantage l’environnement et que votre refrain, aussi magnifique soit-il, ne restera pas dans les oreilles des quelques chanceux qui l’auront intercepté par accident.

Faites comme pour vous !

 Il y a certainement un domaine qui vous passionne, le modélisme, une collection particulière, un sport, les voitures, la musique, l’horlogerie, la mode ou que sais-je mais ; dans ce domaine, votre domaine, celui dans lequel vous aimez vous réfugier lors de vos temps libres pour vous évader du bruit, vous êtes un expert !

Un expert dans le sens où vous vous intéressez tellement à ce domaine que vous savez où aller chercher les bonnes informations et il est très rare que vous soyez influencé par la publicité destinée à la masse.

Si vous aimez les montres et que vous êtes un expert dans le domaine, je vous défie de trouver une publicité pour Patek Philippe sur le bord d’une route ou dans un bus (sauf peut-être à Genève ou à Monaco).

Vous cherchez à vous documenter auprès de sources que vous qualifiez de fiables et sérieuses, vous êtes content de recevoir un mail de leur part ou une notification qui vous invite à aller regarder leur nouvelle vidéo en ligne ou le dernier banc d’essai. De plus, si ces sources vous permettent d’acheter ce produit, vous n’hésiterez pas à leur donner à nouveau votre confiance.

Vous avez fait un choix et vous avez donné l’autorisation à ces sources choisies de vous faire part de leur contenu et leurs offres tout simplement parce que ça vous intéresse. Vous n’avez jamais l’impression qu’ils vous interrompent, ou vous dérangent, parce qu’ils ont réussi à recréer cette notion de rendez-vous qui rassemblait autre fois la famille devant la télévision et vous leur en avez donné l’autorisation.

Vous allez peut-être me dire que le produit ou le service que vous proposez n’a aucun lien avec une passion ou n’est absolument pas destiné à une niche d’expert. Pas de souci, ça ne veut pas dire pour autant que ça n’intéresse personne ; car si vous aimez ce que vous faites et que vous connaissez votre valeur ajoutée dans votre domaine, il n’y a pas de raisons que d’autres ne puissent pas partager votre enthousiasme.

La base la plus élémentaire du marketing, c’est de toucher les gens qui comptent et non pas compter les gens que l’on touche. Conquérir un client et entretenir avec lui une relation à long terme afin de développer un commerce basé sur le « donnant donnant » équivaut à séduire l’homme ou la femme de sa vie pour créer une relation durable et heureuse.

Pour résumer la pub dans la sphère publique c’est un peu comme un mec qui rentre dans un bar et qui demande en mariage chaque femme présente dans l’établissement et qui écume tous les bars  de la ville jusqu’à obtenir un oui.

Pour peu qu’il obtienne ce oui, je vous laisse imaginer le profil de la future mariée… 🙁

Donc, on est toujours d’accord !!? La sphère publique, la publicité de masse c’est terminé ! Plus personne n’écoute !

On va aller vers les sphères privées, sociales et tribales et pour entrer dans ces sphères réservées aux privilégiés, on va devoir travailler notre approche et notre contenu.

On ne veut pas être entendu, on veut être écouté, on ne veut plus être vu, on veut être regardé, on veut plus que des clients, on veut des fans !

Est-ce que vous me donnez la permission de vous inviter à lire les volumes 2, 3 et 4 de cet article ?

-> ICI

PARTAGEZ :